http://www.one.org
putes

Renoncement…

Depuis l’été 2007, ce jour est à barrer du calendrier…

Shitspotting?

Shazam is able, when you make it “listen” to a tune for about ten seconds, to recognize it and display title, artist and so on. It can even allow you to see the music video on YouTube or go to iTunes to buy it.

In the original article I saw this in, they stated that, « strangely, it didn’t recognize the lastest album from carla bruni… » … to which I answered (and I can’t resist the temptation of quoting myself, as vain as it might seem) : « Does it mean that, in addition, it's able to make the distinction between music and shit? Fantastic software! I need it… well, as soon as the iTunes Store will be available again, to allow me to reactivate the iPhone after the firmware 2.0 update. »

The article title suggests, with a bit of exageration, that Shazam turns the iPhone into a fine music connoiseur. Anyway, I wonder if it will be able, one day, to distinguish between different interpretations of “The Four Seasons” of Vivaldi, finding the right artist or find out when a certain tune is a “cover” and by whom. Well, when more processing power will be available to everybody, why not?

Shazam for iPhone

Shazam est capable, quand on lui fait “écouter” un morceau pendant environ dix secondes, de le reconnaître et d’afficher son titre, l’artiste, etc. Il peut même vous permettre de voir le clip sur YouTube ou d’aller sur iTunes pour l’acheter.

Dans l’article original où j’ai lu ça, ils disaient que « étrangement, il n'a pas reconnu le dernier album de Carla Bruni…» … à quoi j’ai répondu (et je ne résiste pas à la tentation de l’auto-citation, si prétentieux que ça puisse paraître) : « Est-ce à dire qu'en plus, il est capable de faire la distinction entre de la musique et de la merde ? Fantastique logiciel ! Il me le faut… enfin, dès que l'iTunes Store aura bien voulu se rendre accessible, pour me permettre de réactiver l'iPhone après mise à jour en 2.0… »

Le titre de l’article laisse entendre, en exagérant un peu, que Shazam transforme l’iPhone en fin mélomane. Et justement, je me demande s’il sera capable, un jour, de faire la distinction entre différentes interprétations des “Quatre Saisons” de Vivaldi, en proposant le bon artiste ou de s’apercevoir qu’un certain morceau est une “reprise” et par qui. Je suppose que quand assez de puissance de calcul sera à la portée de tout un chacun, pourquoi pas ?

Humeur du jour…

Kiss me kiss me kiss me!
Your tongue is like poison
So swollen it fills up my mouth

Love me love me love me!
You nail me to the floor
And push my guts all inside out

Get it out get it out get it out!
Get your fucking voice
Out of my head!

I never wanted this
I never wanted any of this
I wish you were dead
I wish you were dead

I never wanted any of this
I wish you were dead
Dead
Dead
Dead

The Kiss

Humeur du jour…

The Cure - Kiss Me, Kiss Me, Kiss Me
You're just a waste of time
You're just a babbling face
You're just three sick holes that run like sores
You're a fucking waste
You're like a slug on the floor
Oh! you're useless and ugly
And useless and ugly
And I shiver and shake
When I think of how you make me hate

I want to smash you to pieces
I want to smash you up and screaming
I want to smash you helpless
Down on the floor
Smash you until you're not here anymore

And I shiver and shake
Shiver and shake

iPhone vs. …

Ah mais voilà une alternative qui doit se présenter souvent…

Une femme ou un iPhone ? - Zuneo


Cela dit, qui, sain d’esprit, ne choisirait pas l’iPhone ? Il y a donc une proportion inquiétante de gens qui font le mauvais choix. Pas étonnant que windows ait plus de 95% de parts de marché…

Sans foi ou indigne de foi ?

Portrait robot de la femme infidèle

Révélation : 83 % des femmes ont été, sont ou seront infidèles… Explications : à la question "Avez-vous déjà été infidèle ?" 51 % répondent… Oui.

Lorsque l'on demande aux 49 % qui n'ont pas déjà été infidèles : "Cela pourrait-il vous arriver ?", 16 % répondent "oui, pourquoi pas" et 49 % qu'elles ne savent pas. L'enquête révèle donc 17 % d'irréductibles fidèles…

Infidèles, pourquoi ?
D'abord, et pour un quart des infidèles, parce qu'elles ne sont pas heureuses. Ensuite pour tester leur féminité/séduction et enfin – mais oui, c'est évident, parce qu'elles ont eu le coup de foudre !

Il est intéressant de noter que lorsque les fidèles ou pas encore infidèles répondent à cette question, c'est le coup de foudre qui est invoqué en raison N° 1, le manque de plaisir dans la vie en 2 et l'ennui en 3…

Infidèles, avec qui ?
D'abord et pour 29 %, avec quelqu'un dont elles sont tombées amoureuses ("un ex", "mon premier amour"…), puis 20 % d'une rencontre sans lendemain et enfin, 13 % avec un collègue ou un ami.

Notons au passage, que 62 % de ces infidèles ont trompé leur conjoint (31 % leur mari et 31 % leur compagnon). 30 autres % ont trompé un ex…

L'enquête révèle par ailleurs 21 % d'infidèles actives, c'est-à-dire qui avouent une liaison au moment de l'enquête.

Infidèles, souvent ?
Juste quelques fois : 45 %, juste une fois : 34 % et 15 % de "On ne les compte plus" !

Infidélité, le bilan…

Si 17 % des infidèles avouent que leur liaison a entraîné des complications, 29 % affirment en avoir retiré quelque chose de positif (15 % se sont senties plus séduisantes et 14 % ont ressenti du bonheur !). Notons que 10 % n'ont rien retiré de cette expérience…

70 % n'ont pas avoué leur infidélité. Les autres l'ont avoué à leur conjoint (30 %), 11 % à un(e) ami(e) et 5 % à leur famille.
Quant à juger de l'utilité d'un aveu au conjoint… Retenons que pardonnées (20 %) ou pas (8 %), la moitié a fini par se séparer.

Quant à celles qui n'ont pas avoué, c'est essentiellement pour préserver leur couple ou leur petite famille : "Pourquoi le faire souffrir inutilement", "par peur de tout gâcher", ou encore parce que "c'est mon jardin secret…"

Et après ? Si les infidèles n'ont pas donné suite à l'aventure, eh bien, c'est par remord (40 %), par manque d'occasion (28 %) et là encore, pour préserver enfants et conjoint (22 %).

Les femmes et l'infidélité

Détail et pas des moindres, en ce qui concerne la définition de l'infidélité : 30 % des femmes qui ont répondu à l'enquête FemmesPlus pensent que "penser à quelqu'un d'autre", c'est déjà tromper, 30 % qu'embrasser suffit et 32 % sont catégoriques : tromper, c'est coucher.
Quoi qu'il en soit, l'infidélité arrive d'abord par accident : "un manque quelque part", "une faiblesse que peut ressentir n'importe qui", "un égarement ou une porte de sortie", 40 % des femmes le pensent. Que c'est naturel : "une composante du comportement humain".

La grande majorité des femmes, et quel que soit leur âge, de 25 à plus de 60 ans, pensent que "cela peut arriver à tout moment de la vie". 40 % pensent que cela peut arriver de façon accidentelle, voire même que c'est tout à fait "naturel" (5 %) et 40 autres % jugent que l'infidélité est inadmissible. (Doit-on décoder fatale mais inadmissible ?)

Enfin, l'infidélité fait-elle partie du quotidien ? Bien oui. 91 % des FemmesPlus ont un infidèle dans leur entourage, et il s'agit pour la moitié d'une copine, pour 39 % d'un copain, pour 40 % d'un membre de leur famille (de leur père ou mère pour 18, 5 %) et pour 17 % de leur conjoint (!).
Ceci étant, globalement ni bégueules, ni rancunières, 69 % ne portent pas de jugement : "chacun est libre de son histoire"…

La femme fidèle

Parlons-en, elles sont peu nombreuses certes, mais il en existe encore. On l'a vu 17 % des femmes jurent fidélité devant l'éternité. Mais diable, pourquoi donc ? Parce qu'elles sont trop heureuses dans leur couple (21 %) : "j'aime trop mon compagnon, par conviction” pour la moitié (53 %) : "ce n'est pas mon genre" et euh… Bien, 15 % parce qu'elles n'y ont pas pensé ou que l'occasion ne s'est pas présentée…

Les chiffres :
8 219 personnes ont répondu à l'enquête en ligne FemmesPlus "Fidèle ou pas ?"

674 hommes et 7 545 femmes
31 % sont célibataires
6,2 % sont mariés ou pacsés
29 % ont des enfants

35 % des femmes ont moins de 25 ans
28 % ont entre 26 et 35 ans
25 % ont entre 36 et 50 ans
12 % ont plus de 50 ans

Par Isabelle Fringuet, 27 Octobre 2006




Tu parles d’une révélation… Je suis juste étonné qu’il n’y ait que 83 % !

« Par accident », ben voyons. Comme c’est commode. C’est pas ma faute, m’sieur l’agent, c’est un accident. J’ai glissé et ma chatte est tombée sur sa bite, c’est un accident bête.

Hallucinant, de lire des justifications aussi lamentables et pathétiques pour l’infidélité. J’hésite entre ce qui est le plus gerbant et méprisable, entre celles qui n’ont rien dit « pour préserver leur couple ou leur petite famille : "Pourquoi le faire souffrir inutilement", "par peur de tout gâcher", ou encore parce que "c'est mon jardin secret…" » ou bien celles qui estiment « que c'est naturel : "une composante du comportement humain". »

« C’est naturel, une composante du comportement humain. » Ben voyons, voilà une justification toute trouvée aussi pour les assassins, les violeurs, etc.

Et puis mentir aussi, pas par lâcheté et saloperie, oh non, juste par une manifestation d’altruisme qui les honore : « Pourquoi le faire souffrir inutilement » , « par peur de tout gâcher » ou bien juste par respect de la vie privée : « parce que c'est mon jardin secret… ».

Eh bien, par pur altruisme et instinct humain naturel, bien sûr, je propose qu’on les lapide. C’est pas mal, hein, comme idée ? Non ? C’est pas bien ? Ah bon.

En ce qui concerne…

Page 403 de cet ouvrage, un extrait plein de bon sens.

Le Corbacho
E. Kohler - 1957


«
(…)
En ce qui concerne les femmes mauvaises, vicieuses, malhonnêtes, ou sujettes à l'infamie, on ne peut écrire ni dire sur elles la moitié de ce que l'homme pourrait dire et écrire, et en tant que dire la vérité n'est pas un péché, mais une vertu, pour cela je dis tout d'abord que les femmes communément en majeure partie sont dotées de cupidité ; et pour ce motif de cupidité beaucoup d'entre elles commettent d'infinis et divers méfaits ; car sans argent, sans qu'interviennent et leur soient donnés bijoux précieux et autres parures, il est à craindre qu'on ne vienne point à bout de la plus orgueilleuse, et on peut s'attendre à ce que la femme avare commette toutes sortes de méfaits avec son appétit effréné de possession, celle de haute comme celle de basse condition […].

Ainsi la femme pense qu'il n'y a d'autre bonheur au monde que d'avoir, de tenir, de conserver et de posséder, rassembler avec un soin jaloux, en dépensant franchement le bien d'autrui et en gardant le sien avec une grande sollicitude. On verre donc par expérience qu'une femme en achetant pour un petit sou se fera écouter plus qu'un homme pour mille maravédis.
(…)
»

Des noms ? Il serait sans doute plus facile de tenir une liste des contre-exemples, s'il en est, que de celles qui correspondent à la description.