http://www.one.org
Guitar

Clowns of the Deep

À part ça il faut que je vous raconte le concert d'Eric McFadden au CaféMusic samedi dernier.

Donc Eric McFadden est un grand guitariste de blues-rock de San Francisco, qui a grandit à Albuquerque (46 ans cette année). Il a créé un style mêlant blues, rock, folk US, flamenco, jazz manouche, country… le tout avec une virtuosité reconnue mondialement.

Il est l'artiste vedette de la marque Godin (c'est lui sur leurs affiches) et joue sur une sublime 5th Avenue Kingpin Black à corps creux (et pas chère en plus) et sur ampli Orange pour le clean (me too) et Vox pour le saturé (ah, là, moi, c'est Peavey).

Il a une voix très chaleureuse et dégage la bonhomie, la sympathie, la puissance et le respect à la fois.

Sa formation actuelle est un trio avec contrebassiste amplifié et batteur et le style blues rock pêchu et parfois planant.

Donc il nous fait l'honneur de passer sur Furyana VI. En première partie les profs et élèves de la Rock School du Café Music présentent quelques morceaux en groupes de trois à cinq guitaristes. Et là je me dis ça va être sympa.

Eh bien pas du tout.

Les morceaux sont trop ambitieux (Robert Fripp, Pete Townshend, …) et personne n'est au niveau… Bon, pourquoi pas. Mais le problème c'est qu'ils sont très prétentieux et se la jouent à la Al Di Meola + McLaughlin + Paco de Lucía à San Francisco un vendredi soir de 1980… Risible.

Sur ce, ils laissent la scène à Eric qui fait un show époustouflant avec un style inspiré de Billy Gibbons, John 5, Hendrix et Al Di Meola à la fois. Sidérant.

Eric McFadden at the Viper Room in Los Angeles, California June 7, 2007 • Photo by Chris Lea • chris.lea@gmail.com

Lors du rappel, il casse une corde et comme le set touche à sa fin et qu'il n'a pas de guitar tech (il faut qu'il m'engage) il demande "Can I borrow a guitar to someone?" Et là je me dis qu'un des dix crétins de la Rock School va se précipiter backstage pour lui prêter la sienne… je me retourne : plus aucun d'entre eux dans la salle !

Olirza, la sympathique jeune photographe rock est, comme moi, stupéfaite de la situation… elle court alors à l'étage où sont les locaux de l’assos et en redescend en tirant quasiment par le col un des jeunes profs branleur de la Rock School, qui finit par trouver une guitare à Eric. Ces connards n'assistaient pas au concert et faisaient la fête à l'étage pour commémorer leur pathétique prestation.

Je les aurais étripés sur place à coup de cuillère à café rouillée.

Après le show j'ai rencontré Eric McFadden qui m’a dédicacé son double album “Dementia” et la set list MANUSCRITE du show et qui est resté parler longuement dans la salle avec des vieux fans de jazz qui en pleuraient presque. Il est très doux, aimable, serein. Quel contraste, encore une fois, avec les prétentieux minables de la Rock School…

Rage.




"Clowns of the Deep" est le titre d'un des morceaux d'Eric McFadden de 2003 sur l'album "Diamonds to Coal" … il correspond bien à ces tristes sires montois. McFadden lui aussi sait que les clowns sont nos ennemis !






Double Jet

Jolie japonaise et beau tatouage, mais le sujet, ici, est la guitare.

Il s'agit d'une Gretsch G5245T Double Jet avec vibrato Bigsby B50, petite sœur bon marché (500€ made in China) de la Duo Jet GT6128T 1962, qui continue d'être produite au Japon et coûte 2400€.

Chris Cornell de Soundgarden joue parfois dessus. Elle est elle même proche de la fameuse Jet Fire Bird 1963 US qu'utilise Malcom Young, le frère d'Angus. Mais là les prix sont indécents puisqu'elles ne se font plus depuis très longtemps.

Gretsch G5245T Double Jet avec vibrato Bigsby B50


Pour info, Gretsch fait désormais partie du groupe Fender. Et pour ceux qui pensent que les Gretsch c'est surtout pour la country ou le rockabilly, qu'ils ré-écoutent l'œuvre d'AC/DC: la plupart de ces gros riffs implacables sortent de la Jet de Malcom…




Framus girl…

Aïe ça va être dur à trouver.

C’est une Framus 5/168-54 Strato de Luxe, sans doute une 1963 ou 1964…

Lutherie allemande très recherchée (bien que faite en contreplaqué servant à faire des… rames).

Sonorités vintage 60's, effet orgue intégré, damper (étouffoir) mécanique, trois micros imitant ceux de la Fender Mustang, circuit électronique complexe (que même Framus a du mal à reproduire de nos jours), vraiment un instrument original et rare.


'030' by The Good The Bad (UNCUT) from 030 on Vimeo.




Normal de se mettre ensuite dans des états pareils !



Castrage…

Moi : « C’est quand même cruel, ce parchemin que vous m'avez fait signer, qui m'interdit d'acheter une guitare avant Halloween 2014 ! »
Garance : « Oui, mais c'est comme pour les chats : si tu les castres pas, ils se reproduisent sans arrêt et ils finissent par être des millions. »

Voilà, ça calme.



Les Paul lives!

Master Les Paul, jazzman, pop star, visionary, inventor, Gibson figure, was recalled by the higher authorities.

Now, my guitar is an orphan. And with her, the ones of Slash, Jimmy Page, Gary Moore, Billy Gibbons, Joe Perry, Zakk Wylde, Kirk Hammet, Steve Jones, Neil Young…

Les Paul at the height of his fame in the 50's with his wife (then) Mary Ford.



Les Paul au sommet de sa gloire dans les 50's avec sa femme (de l'époque) Mary Ford.



Maître Les Paul, jazzman, pop star, visionnaire, inventeur, figure emblématique de Gibson a été rappellé par les autorités supérieures.

Pour le coup c'est ma guitare qui est orpheline. Et avec elle celles de Slash, Jimmy Page, Gary Moore, Billy Gibbons, Joe Perry, Zakk Wylde, Kirk Hammet, Steve Jones, Neil Young…