http://www.one.org
dance

Rosas putridas

Samedi dernier, au Grand Théâtre, Cesena, par la Cie Rosas.

Sans doute le pire souvenir de théâtre de ma vie.

Je vais tenter de vous décrire à quel point j'ai souffert.

Tout d'abord, la chose commence dans un noir presque absolu. Outre que nous étions très mal placé, il n'y avait absolument rien à voir. À peine devinait-on de vagues présences gesticulant sur le plateau.

N'ayant rien à voir, pas de raison de me choper un torticolis en fixant une scène logée dans les ténèbres. J'ai donc redressé mon cou, fermé les yeux et essayé de capter quelque trucs à l'oreille, on ne sait jamais.

Je me suis endormi, par bonheur.

Mais je fus réveillé quelques temps plus tard par les hurlements d'une chèvre qu'on devait violer et maltraiter de bien d'autres manières.

Je m'étais endormi, je faisais un rêve sympa. Au réveil, j'ai cru que je faisais un cauchemar. Mais j'ai vite cru que j'étais en fait mort dans mon sommeil et que je m'étais retrouvé dans un enfer dont je ne sortirai plus jamais.

La lumière avait augmenté. Visiblement, le concept était un très, très long fade in de la lumière sur toute la durée de la chose.

Malheureusement, en même temps que les assauts de ces "chants" braillés façon "mystères de voix bulgares", croisés avec les tortures animalières évoquées supra, j'ai donc enfin pu découvrir ce qu'il y avait à voir.

Car la punition était double : visuelle et auditive.

Une troupe disparate, dont les trois quarts n'étaient pas des danseurs et le quart restant avait oublié l'avoir été, peut-être. Trois nanas, dont une vieille qu'on aurait dit échappée d'un camp de concentration et qui m'a terrifié, une boulotte qui bougeait comme moi quand j'ai envie de chier et que les toilettes sont prises et une cohorte de mecs, dont un qui évoquait le chanteur de Hurra Torpedo mais qui serait devenu partiellement chauve façon Giscard et un autre, avec une tignasse genre bête morte sur la tête, mais au moins un blaireau, vu la taille de la chose.

Le tout braillant (je ne peux PAS utiliser le verbe chanter) continuellement et se déplaçant (je ne peux PAS utiliser le verbe danser) de façon tout aussi blessante pour les yeux que leurs éructations l'étaient pour les oreilles.

Interminable. Ignoble. Car il me fut impossible de sortir : j'étais coincé dans cette putain de baignoire exiguë.

Je n'ai jamais été aussi violenté par de pseudo-artistes.

J'ai rarement été autant en colère qu'en sortant de ce spectacle.

Et voir le public applaudir moutonnement cette escroquerie n'a fait qu'amplifier ma colère.

J'aurais pu les tuer avec plaisir, lentement, pour les voir souffrir autant qu'ils m'ont fait souffrir.

Putain, je n'en décolère toujours pas, plusieurs jours après. Fallait que ça sorte. Voilà qui est fait.




Filming day… sur pointe.

Serein ? Puissant.






allowscriptaccess="always" allowfullscreen="true" width=“756” height=“425”>




Cliquez sur le lien, c’est le seul moyen de l’avoir en HD et en plein écran.



Good music, bad dancing…

via Alban…







Johnny Castle is gone…

« Nobody puts Baby in a corner. »

Patrick Swayze

Patrick Wayne Swayze
August 18, 1952 – September 14, 2009

Public(ité)

J’ai envahi une salle de danse. Enfin, mes tableaux plus exactement.

Ils ont pris leurs places naturellement dans ce lieu. Il y a même des traces qui sont nées sur les murs et sur les tables. Tout ce monde respire mieux.

Il fallait à ça un témoin. J’ai donc donc demandé à notre chère télévision locale de bien vouloir avoir la gentillesse d’envoyer un journaliste. Il a fallu lui répéter plusieurs fois pour que ça rentre mais elle (la chaîne de télé) a fini par comprendre. Tiphaine fût donc l’heureuse élue.

NumberOne s’était déplacé pour l’occasion et aussi pour voir quelles possibilités il aurait pour acheter une Canadienne. Merci Hugues d’être venu. C’est toujours un plaisir de te voir et de savoir que tu t’intéresses à ma production.

Donc.

Elle est venue avec sa caméra et son pied qui pése deux tonnes. Elle est restée deux heures et nous nous sommes donné un autre rendez-vous car elle avait peur de ne pas avoir assez d’images de danse.

Et elle a fait ça de toutes ces images et des vingt minutes d’interview :



C’est vraiment bizarre de se voir à la télévision, de s’entendre… C’est pas franchement agréable. Ce qui est bien, c’est que je vois maintenant à quoi ça ressemble quand je peins.
C’est loin d’être le début de la gloire… Quoi que…

Nous sommes allés chez Ikéa. Je cherchais les cartons plats super facile à emporter. T s’était installé avec H et l’iPhone. Je reviens en lui disant que le tabouret à roulettes est manquant et que les boîtes transparentes, y en a plus. Et là, avec des yeux étonnés, il me dit : « Je viens d’entendre quelqu’un dire “Regarde, c’est la fille qui peint avec ses pieds, sur la toile. Je l’ai vue à la télé !”. Alors j’ai dit “Oui, c’est elle”. Tu te rends compte, on t’a reconnu. »

Presque le début de la gloire, non ?

Exposition…

Zerbeline Expose '08
Cliquez sur l’image pour voir l'affiche en grand • Click on the image to see the poster at full size

zerbeline.com • • +33 6 16 98 49 65


Quand ?
juin, juillet et août 2008
When?
june, july and august 2008

Où ?
au studio Combes, 5 rue Louis Combes à Bordeaux - sonnez à "danse"
Where?
at the Combes dance studio, 5 rue Louis Combes in Bordeaux, France - ring at "danse"

Heure ?
accès libre de 17h à 21h, du lundi au vendredi ou sur rendez-vous
à partir de juillet, sur rendez-vous seulement
Time?
free access from 5PM to 9PM, monday to friday or by appointment
starting in july, by appointment only

Quoi ?
une nouvelle forme de danse retranscrite
What?
a new way of dancing and writing it