http://www.one.org
mars 2010

La Belgique construit un château sur les quais de Bordeaux !

Quand le hasard fait bien les choses… oui, ça arrive encore.

Je cherchais des informations sur un mystérieux château sur les quais de Bordeaux, pour un ami.

Carte postale ancienne: Bordeaux, le port de la Lune on Flickr - Photo Sharing!


Et j’ai trouvé tous les détails sur le blog d’un Bordelais expatrié à Rome, Jean-Marie Le Ray. Blog que, du coup, je vais devoir écumer, car j’y ai découvert des centres d’intérêts proches des miens.

Ses articles sur les systèmes de traduction automatisés de Google, entre autres, sont passionnants, parce qu’ils ouvrent à des perspectives que Star Trek évoquait déjà.

D’autant que son pays d’adoption, l’Italie, qui m’a toujours attiré, a encore plus d’intérêt pour moi depuis que ma fille s’est découvert un attrait particulier pour la langue italienne et la culture de ce pays.


Votez Murdoc !

Si vous avez la malchance d’habiter à Paris, vous avez peut-être eu la chance d’apercevoir cette affiche: Murdoc Nicalls, le chanteur et bassiste virtuel du groupe anglais Gorillaz, dans une mise en scène ressemblant beaucoup à l’affiche de nicolas sarkozy pour la campagne présidentielle de 2007.

À la place du fameux «Ensemble, tout devient possible», l’affiche de promotion de Gorillaz détourne le slogan célèbre du président : «Ensemble, glander plus pour gagner plus», avec les mentions «votez murdoc» et «génération gorillaz».

Ensemble, glander plus pour gagner plus. Votez Murdoc. Génération Gorillaz. (Photo: Grégoire Fleurot, Slate)


L’article sur Slate.fr : Quand Gorillaz s’immisce dans la campagne


Du vieux, mais du bon.

Envoyé il y a fort longtemps par Lionel, un billet excellent du 3 décembre dernier (c’est dire si je suis à la bourre), qui me rappelle ce que j’étais capable de produire. Avant.

Alors, à défaut, je vous allèche avec l’introduction d’icelui et vous invite à aller voir l’original pour profiter des photos et des légendes hilarantes de «Dégage, t’es moche !»


Que les choses soient claires entre vous et moi. Je ne m’estime pas particulièrement beau. Je me considère au mieux comme “pas mal”. J’ai des poignées d’amour, une tête de patate sous un certain angle (d’aucuns vous diront que c’est sous tous les angles), et j’ai des cheveux problématiques passé une certaine longueur. Mais je me dis que mon cas n’est pas totalement perdu. Parce que quand je vois la tronche des Miss de région qui vont s’affronter Samedi pour le titre de Miss France sous le regard carnassier de la momie la plus mal fagotée de l’histoire des momies, je me dis que si c’est ce que la population Française accepte comme parangon de la beauté, j’ai peu de chance de finir ma vie seul. Faisons donc le tour du propriétaire ensemble….

Si vous êtes masochiste à tendance hardcore, vous pouvez cliquer sur les photos pour en voir des agrandissements, histoire de pouvoir profiter de tous les petits détails que ces chef-d’oeuvre de l’art photographique (visiblement tous pris au Kodak jetable) ont à offrir…


Ça c'est pas bien de voler la clientèle du Figaro !

Bande de cons.

photo


Des portraits…

James B Harris © Olivier Roller
Un impressionnant travail sur les portraits, bien loin du kitsch des Studios Harcourt.

Olivier Roller m’impressionne par sa façon de capter des choses puissantes, à travers un dispositif apparemment très simple, en cherchant à accentuer les traits, en ne cachant pas, bien au contraire, les rides, les défauts, les irrégularités, les imperfections, les asymétries.

Un seul est raté, dans cette série, mais c’est la faute du modèle, qui n’a rien compris, chez qui le «métier» prend toujours le dessus : Jean-Louis Debré, qui n’arrive pas à rester neutre, à se départir de son sourire d’homo politicus, gâchant ainsi la série, belle par l’atonie des expressions.

Jeanne Moreau, déjà impressionnante au naturel, devient ici une sorte de créature mythologique, qu’on imagine dévorant l’aventurier imprudent.

Je vous laisse le plaisir de découvrir cette trop courte série.

Et prenez le temps d’aller voir les autres. Ses portraits de portraits (des photos de bustes romains) sont assez fascinants et la mise en abyme devient ici une façon de donner à voir ces portraits avec un regard nouveau.

Et que dire de ses visions backstage des défilés de mode.

Son œuvre est vraiment forte.

Et je n’en reviens pas de voir que ce site a été fait avec Claris Home Page !

This file created 28/11/97 13:33 by Claris Home Page version 2.0


Ahlala, encore une frustration, tiens, un métier que j’aurais aimé faire. Photographe, pas politicien, hein. Mais bon, comme mon père me le rappelle si souvent, je suis un raté.

Via Séb…


How to treat a cat…

Now, that is a man after my own heart. He knows a good cat is a dead cat, preferably after a painful death.

Steve Martin Ironing a Cat


Via Séb…


Goodbye, Earth.

A big rush of homesickness, all of a sudden…

Goodbye Earth © Chase Stone
Art by Chase Stone, United States.


Via Séb…