http://www.one.org
déc. 2008

Variation sur un thème…

Bon ben voilà : en dehors d’un mail d’une amie très chère qui reprend contact avec moi, ce qui me met du baume au cœur ; aujourd’hui, en dehors des publicités habituelles, j’ai juste reçu une nouvelle tentative d’arnaque.

Mais si ridicule et puérile que je me demande comment ça a pu germer dans la tête de quelqu’un, de tenter ça. Et comment il serait possible de trouver quelqu’un d’assez stupide pour se faire avoir.

Attention, tenez-vous bien, une  « soldate américaine » m’écrit en français (à peu près correct, mais avec tout de même assez de fautes pour me hérisser) pour me proposer, à moi, bien sûr, 4 250 000$ de commission sur sa petite arnaque personnelle.

C’est surréaliste.

Si seulement c’était vrai. Une somme pareille, je l’investirai de façon éthique et deviendrai quand même rentier. Fin des soucis, des contraintes…

Bon, allez, fin des trois secondes de rêve de l’année 2008, faudrait pas s’y habituer.




From: simons.lyssa@gmail.com
Subject: Bonjour,
Date: 29 décembre 2008 16:31:18 HNEC
Reply-To: l_simons01@yahoo.fr


Bonjour,
Je suis SIMONS LYSSA, une soldate américaine en Irak pour le maintien de la paix au service de l'armée dans la 1ère Division Blindée en Iraq, comme vous le savez-ci bien nous courrons un grave danger et les voitures piégées qui nous attaque tous les jours.En effet, Nous avons réussi à transférer des fonds appartenant à Saddam Hussein et famille. Le montant total est de US $ 17 millions de dollars en espèces.. Nous voulons retirer cet argent d’ici pour le transférer jusqu’à vous, afin que vous puissiez gardez ses fonds en toute sécurité, jusqu'à notre arrivée chez vous.

Mais de grâce suivez nos instructions pour la bonne marche de cette transaction pour que tous soient clairs et net. Vous savez c’est une grande opportunité qui s’offre à vous pourquoi ne pas en profiter. Nous tenons à vous rassurer que vous n’avez rien à craindre car votre sécurité sera garantie et veuillez gardez notre identité en toute discrétion comme nous en ferrons de même pour vous. Mes partenaires et moi prendrons 75% et vous en retour recevrez 25% de la totalité de la somme estimée. Il vous suffit de nous aider, ainsi à déplacer ces fonds hors de l'Iraq, L’Iraq étant une zone de guerre.

Cependant nous prévoyons l'utilisation d’un courrier diplomatique pour l'expédition de ces fonds dans une grande boîte , tout en procédant par l'immunité diplomatique.Si vous êtes intéressé je vous enverrai tous les détails, mon travail consiste à trouver un bon partenaire en qui nous pouvons avoir confiance. Pourrions-nous avoir confiance en vous? Lorsque vous recevez cette lettre, veuillez m'envoyer un e-mail indiquant votre intérêt, y compris les plus confidentielles numéros de téléphone / fax pour la communication rapide également vos coordonnées. Cette activité est sans risque. Les boîtes peuvent être expédiés en 48h.

J'attends donc votre reponse pour plus d'information me concernant.

Bien à vous.
Merci j’attends votre réponse
SIMONS LYSSA

One massive beast of a lens…

I was on iChat with Z about the next photo shoot and asked her if she wanted to use the 17-85mm or the 50mm lens. But a typo made me write 500mm. I then asked myself if this kind of lens even existed…

And yes, it does!

Look at the size of this monster, compared to a regular reflex body! With such a lens, you’d be able to spot a freckle on the cheek of Stephanie Gilmore while she tubes at Waimea Bay and still be comfortably seated on the beach.

Sigma APO 200 - 500 mm F2.8 lens


J’étais sur iChat avec Z, lui demandant si elle voulait utiliser le 17-85mm ou le 50mm pour ses prochaines photos. Mais une faute de frappe m’a fait écrire 500mm. Je me suis alors demandé si ça existait seulement…

Eh oui, ça existe !

Regardez la taille de ce monstre, comparé à un boîtier reflex classique ! Avec un objectif pareil, on peut photographier une pigasse sur la joue de Stephanie Gilmore pendant qu’elle tube à Waimea Bay, tout en restant confortablement assis sur la plage.

Save the future!

Via my good friend Richard, always a provider of interesting links and new views on the world, from well above. Here, from Chris Hedges’ Columns.




Why I Am a Socialist

Posted on Dec 29, 2008 by Chris Hedges


AP photo / Craig Ruttle
AP photo / Craig Ruttle

The corporate forces that are looting the Treasury and have plunged us into a depression will not be contained by the two main political parties. The Democratic and Republican parties have become little more than squalid clubs of privilege and wealth, whores to money and corporate interests, hostage to a massive arms industry, and so adept at deception and self-delusion they no longer know truth from lies. We will either find our way out of this mess by embracing an uncompromising democratic socialism—one that will insist on massive government relief and work programs, the nationalization of electricity and gas companies, a universal, not-for-profit government health care program, the outlawing of hedge funds, a radical reduction of our bloated military budget and an end to imperial wars—or we will continue to be fleeced and impoverished by our bankrupt elite and shackled and chained by our surveillance state.

The free market and globalization, promised as the route to worldwide prosperity, have been exposed as a con game. But this does not mean our corporate masters will disappear. Totalitarianism, as George Orwell pointed out, is not so much an age of faith as an age of schizophrenia. “A society becomes totalitarian when its structure becomes flagrantly artificial,” Orwell wrote, “that is when its ruling class has lost its function but succeeds in clinging to power by force or fraud.” Force and fraud are all they have left. They will use both.

There is a political shift in Europe toward an open confrontation with the corporate state. Germany has seen a surge of support for Die Linke (The Left), a political grouping formed 18 months ago. It is co-led by the veteran socialist “Red” Oskar Lafontaine, who has built his career on attacking big business. Two-thirds of Germans in public opinion polls say they agree with all or some of Die Linke’s platform. The Socialist Party of the Netherlands is on the verge of overtaking the Labor Party as the main opposition party on the left. Greece, beset with street protests and violence by disaffected youths, has seen the rapid rise of the Coalition of the Radical Left. In Spain and Norway socialists are in power. Resurgence is not universal, especially in France and Britain, but the shifts toward socialism are significant.

Corporations have intruded into every facet of life. We eat corporate food. We buy corporate clothes. We drive corporate cars. We buy our vehicular fuel and our heating oil from corporations. We borrow from corporate banks. We invest our retirement savings with corporations. We are entertained, informed and branded by corporations. We work for corporations. The creation of a mercenary army, the privatization of public utilities and our disgusting for-profit health care system are all legacies of the corporate state. These corporations have no loyalty to America or the American worker. They are not tied to nation states. They are vampires.

“By now the [commercial] revolution has deprived the mass of consumers of any independent access to the staples of life: clothing, shelter, food, even water,” Wendell Berry wrote in “The Unsettling of America.” “Air remains the only necessity that the average user can still get for himself, and the revolution had imposed a heavy tax on that by way of pollution. Commercial conquest is far more thorough and final than military defeat.”

The corporation is designed to make money without regard to human life, the social good or impact on the environment. Corporate laws impose a legal duty on corporate executives to make as much money as possible for shareholders, although many have moved on to fleece shareholders as well. In the 2003 documentary film “The Corporation” the management guru Peter Drucker says: “If you find an executive who wants to take on social responsibilities, fire him. Fast.”

A corporation that attempts to engage in social responsibility, that tries to pay workers a decent wage with benefits, that invests its profits to protect the environment and limit pollution, that gives consumers fair deals, can be sued by shareholders. Robert Monks, the investment manager, says in the film: “The corporation is an externalizing machine, in the same way that a shark is a killing machine. There isn’t any question of malevolence or of will. The enterprise has within it, and the shark has within it, those characteristics that enable it to do that for which it was designed.” Ray Anderson, the CEO of Interface Corp., the world’s largest commercial carpet manufacturer, calls the corporation a “present day instrument of destruction” because of its compulsion to “externalize any cost that an unwary or uncaring public will allow it to externalize.”

“The notion that we can take and take and take and take, waste and waste, without consequences, is driving the biosphere to destruction,” Anderson says.

In short, the film, based on Joel Bakan’s book “The Corporation: The Pathological Pursuit of Profit and Power,” asserts that the corporation exhibits many of the traits found in people clinically defined as psychopaths.

Psychologist Dr. Robert Hare lists in the film psychopathic traits and ties them to the behavior of corporations:

• callous unconcern for the feelings for others;
• incapacity to maintain enduring relationships;
• reckless disregard for the safety of others;
• deceitfulness: repeated lying and conning others for profit;
• incapacity to experience guilt;
• failure to conform to social norms with respect to lawful behavior.

And yet, under the American legal system, corporations have the same legal rights as individuals. They give hundreds of millions of dollars to political candidates, fund the army of some 35,000 lobbyists in Washington and thousands more in state capitals to write corporate-friendly legislation, drain taxpayer funds and abolish government oversight. They saturate the airwaves, the Internet, newsprint and magazines with advertisements promoting their brands as the friendly face of the corporation. They have high-priced legal teams, millions of employees, skilled public relations firms and thousands of elected officials to ward off public intrusions into their affairs or halt messy lawsuits. They hold a near monopoly on all electronic and printed sources of information. A few media giants—AOL-Time Warner, General Electric, Viacom, Disney and Rupert Murdoch’s NewsGroup—control nearly everything we read, see and hear.

“Private capital tends to become concentrated in [a] few hands, partly because of competition among the capitalists, and partly because technological development and the increasing division of labor encourage the formation of larger units of production at the expense of the smaller ones,” Albert Einstein wrote in 1949 in the Monthly Review in explaining why he was a socialist. “The result of these developments is an oligarchy of private capital the enormous power of which cannot be effectively checked even by a democratically organized political society. This is true since the members of legislative bodies are selected by political parties, largely financed or otherwise influenced by private capitalists who, for all practical purposes, separate the electorate from the legislature. The consequence is that the representatives of the people do not in fact sufficiently protect the interests of the underprivileged sections of the population. Moreover, under existing conditions, private capitalists inevitably control, directly or indirectly, the main sources of information (press, radio, education). It is thus extremely difficult, and indeed in most cases quite impossible, for the individual citizen to come to objective conclusions and to make intelligent use of his political rights.”

Labor and left-wing activists, especially university students and well-heeled liberals, have failed to unite. This division, which is often based on social rather than economic differences, has long stymied concerted action against ruling elites. It has fractured the American left and rendered it impotent.

“Large sections of the middle class are being gradually proletarianized; but the important point is that they do not, at any rate not in the first generation, adopt a proletarian outlook,” Orwell wrote in 1937 during the last economic depression. “Here I am, for instance, with a bourgeois upbringing and a working-class income. Which class do I belong to? Economically I belong to the working class, but it is almost impossible for me to think of myself as anything but a member of the bourgeoisie. And supposing I had to take sides, whom should I side with, the upper class which is trying to squeeze me out of existence, or the working class whose manners are not my manners? It is probable that I, personally, in any important issue, would side with the working class. But what about the tens or hundreds of thousands of others who are in approximately the same position? And what about that far larger class, running into millions this time—the office-workers and black-coated employees of all kinds—whose traditions are less definite middle class but who would certainly not thank you if you called them proletarians? All of these people have the same interests and the same enemies as the working class. All are being robbed and bullied by the same system. Yet how many of them realize it? When the pinch came nearly all of them would side with their oppressors and against those who ought to be their allies. It is quite easy to imagine a working class crushed down to the worst depths of poverty and still remaining bitterly anti-working-class in sentiment; this being, of course, a ready-made Fascist party.”

Coalitions of environmental, anti-nuclear, anti-capitalist, sustainable-agriculture and anti-globalization forces have coalesced in Europe to form and support socialist parties. This has yet to happen in the United States. The left never rallied in significant numbers behind Cynthia McKinney or Ralph Nader. In picking the lesser of two evils, it threw its lot in with a Democratic Party that backs our imperial wars, empowers the national security state and does the bidding of corporations.

If Barack Obama does not end the flagrant theft of taxpayer funds by corporate slugs and the disgraceful abandonment of our working class, especially as foreclosures and unemployment mount, many in the country will turn in desperation to the far right embodied by groups such as Christian radicals. The failure by the left to offer a democratic socialist alternative will mean there will be, in the eyes of many embittered and struggling working- and middle-class Americans, no alternative but a perverted Christian fascism. The inability to articulate a viable socialism has been our gravest mistake. It will ensure, if this does not soon change, a ruthless totalitarian capitalism.




A Progressive Journal of News and Opinion. Editor, Robert Scheer. Publisher, Zuade Kaufman.
Copyright © 2008 Truthdig, L.L.C. All rights reserved.

Stupid war!

Through a weird biological phenomenon, more male babies are born during after wars. One more reason to prevent conflicts from happening.

Par un curieux phénomène biologique, il y a une prépondérance de mâles nés pendant et après les guerres. Raison de plus pour empêcher les conflits de se produire.

National archives
Boy, oh Boy: When men return from war, love surges—and so does the preponderance of boy babies.

Why Does War Breed More Boys?


By Laura Allen
Posted 12.17.2008 at 3:41 pm



A curious shift occurs during and right after a war: more boys tend to be born than girls. It’s been documented for decades in many nations, especially during long conflicts with many troops deployed. The cause of this boy boom has long flummoxed thinkers and scientists. Ideas have veered from the theological—a divine call for new men to replace those lost in battle—to the coital—returning soldiers have lots of sex, and so will be more likely to fertilize at a time in their ladies’ cycle that’s ripe for making boy babies. A new study in the journal Evolutionary Biology rejects them all. Instead, it pins the “returning soldier effect” on a gene expressed by men only. It also shows how researching your family tree can help you place bets on the sex of your next kid.

“I wasn't satisfied with the explanation that it was due to couples having more sex,” says Newcastle University’s Corry Gellatly, who did the work as part of his Ph.D. thesis. Gellatly was curious about studies of male shrimps, marine worms, and yes—human males—that showed that their likelihood of producing male offspring seemed to mimic that of their parents. In other words, males who have more brothers than sisters would in turn produce more sons than daughters. Thinking this may be the root of the wartime peaks, Gellatly sought to investigate the trend on a large scale. He sifted through 927 North American and European family trees posted on an online database by both amateur and professional genealogists, and tallied the sex ratios of siblings for each generation.

"The family tree study showed that whether you're likely to have a boy or a girl is inherited,” says Gellatly. “We now know that men are more likely to have sons if they have more brothers but are more likely to have daughters if they have more sisters.” Women, however, did not have the same tendency.

Gellatly argues that a gene—which is carried by both men and women but only active in men—influences what proportion of a man’s sperm carry the X chromosome and how many carry the Y. The sperm’s X or Y status determines the sex of the baby upon meeting the egg, which only carries the X chromosome. More Y sperm=more XY (male) babies.
How might this gene tip the baby balance after a war? Consider the legacy of two hypothetical men—let’s call them John and Rich. John has three sons, all of whom go off to fight, and one daughter, who does not. Rich has the opposite family structure: three daughters and one son. John is more likely to see multiple sons return from war alive—and with Y-leaning sperm. So they’ll produce more sons of their own. Rich is likely to lose his only son, which if alive, would have fathered girls to even out the sex ratio. The mechanism, Gellatly’s genetic model shows, shifts the sex ratio back to normal as the dip in male mortality recovers.

The genetic explanation of the returning soldier effect is, for now, a thought experiment—the gene responsible has not been found. In the meantime, let’s ground-truth Gellatly’s hypothesis further: Guy PopSci readers—have you noticed a tendency toward boys or girls in your own family trees? Do tell.

Double quarterpounder with skank…

Thanks to the talent of Cali Rezo, we can see what would Paris Hilton look like if she couldn’t afford several plastic surgery each year…

This girl is good and got a sense of humor.

Paris Hilton vefore and after Hamburger © Cali Rezo 2008 - http://www.calirezo.com
© Cali Rezo


Grâce au talent de Cali Rezo, nous pouvons voir à quoi ressemblerait Paris Hilton si elle ne pouvait pas se payer plusieurs chirugies plastiques par an…

Cette nana est douée et a de l’humour.

The Enterprise is silent…

Majel Barrett Roddenberry (autographed photo of  her in the role of Christine Chapel)
The First Lady of Star Trek left us with a mute Enterprise, just two weeks after finishing recording, for the last time, the voice of the Enterprise.

What can I add? It’s a sad loss for all of us, Trekkies and Trekkers alike.




La Première Dame de Star Trek nous a laissés avec un Enterprise muet, seulement deux semaines après avoir fini d’enregistrer, pour la dernière fois, la voix de l’Enterprise.

Qu’ajouter ? C’est une triste nouvelle pour tous les fans de Star Trek.

Available in 2024…

A quite imaginative and full of good ideas and classy references design student created the iMo (makes me think of M•O, the cleaning robot from WALL•E). What can I add, apart from saying you really should take a look at Anthony Jannarelly’s site about the iMo.

The first video, with the Mac’s booting sound is able to make any Mac addict cry in joy and ecstasy!

And, err… I want one.

iMo packagingiMo pink, backiMo smiling face, turning right (from the driver's perspective)


Un étudiant en design avec de l’imagination, de bonnes idées et d’encore meilleures références a créé l’iMo (ce qui me fait irrésistiblement penser à M•O, le robot nettoyeur du film WALL•E). Que puis-je ajouter, en dehors du fait que vous devriez vraiment jeter un œil au site d’Anthony Jannarelly consacré au iMo.

La première vidéo, avec le son de démarrage du Mac suffira à faire pleurer de joie n’importe quel Mac addict.

Et, euh… j’en veux un.

Mario Kart Holodeck

Of course, the comments left on this video by brainless morons are pathetic in content and form, but it doesn’t detract from the fun and clever aspect of the thing and this clip plays continuously on the iPods and iPhones of the home and I thought that, in case on of my three readers would have missed it, I’ll spead the buzz anyway.

The other movies of Rémi Gaillard are worth a look, too.



MARIO KART (REMI GAILLARD)
envoyé par nqtv



Bon, les commentaires laissés par les kikoolol sont navrants sur la forme comme sur le fond, mais ça n’enlève rien à l’aspect drôle et malin de la chose et ce clip tourne en boucle depuis pas mal de temps sur les iPods et iPhones de la maison, donc je me suis dit que si certains de mes trois lecteurs avaient échappé au buzz, j’allais m’en faire le relais.

Les autres films de Rémi Gaillard valent aussi le détour.

Resistance is futile

À force de fouiner partout, ils vont tomber sur un Cube Borg… et là, ça va vite relativiser la crise financière !



Hubble détecte du gaz carbonique sur une exoplanète
NOUVELOBS.COM | 11.12.2008 | 09:47


Le télescope spatial Hubble a découvert du dioxyde de carbone dans l'atmosphère d’une planète extrasolaire gravitant autour d'une autre étoile, a déclaré mardi la NASA.


610086
C’est une nouvelle avancée dans la recherche de formes de vie extraterrestres. Certes, la planète HD 189733b, une sorte de « Jupiter chaud », présente une température de surface (plus de mille degrés Celsius) impropre à la vie. Mais la détection dans son atmosphère de dioxyde de carbone représente une nouvelle étape théorique dans la quête d’une vie en dehors de la Terre.

Les astronomes démontrent ainsi que des matériaux chimiques essentiels pour la vie peuvent être trouvés sur des planètes hors de notre système solaire. Les précédentes observations réalisées sur HD 189733b, menées par les télescopes spatiaux Hubble et Spitzer, avaient déjà mis en évidence l'existence de vapeur d'eau et de méthane.

Tous ces éléments peuvent également être considérés comme des produits du métabolisme de la vie. Leur découverte sur une planète affichant des caractéristiques proches de celles de la Terre et située en zone d’habitabilité (autorisant la présence d’eau liquide en surface) serait un argument fort en faveur de l’existence d’une forme de vie.


J .I.
Sciences et Avenir.com
10/12/2008

True… True…

As I lack energy and motivation for a lot of things, this blog also pays its toll. And it means I’m way overdue on some interesting or funny memes. But I couldn’t let this one slip nonetheless. It’s a really great new version of the then-famous ad campaign for Budweiser, with the « whassup » guys. It was between 1999 and 2002.

In those days, it was all the craze and I really laughed at this repetitive humour. Everyone used this gimmick, often spelled « waaazaaa » (or something like that, to reflect the pronunciation in the ad) and made parodies, variations and even songs.

This year, the original friends came back in a genius new version, clearly showing the catastrophy the Bush administration is and endorsing Barack Obama campaign. The strength of this new take is that it’s made with the same actors and by the same director as the original.

It’s good as it is, but if you’re old enough to remember the « good ol’ days » of the original campaign, you’ll really laugh your ass off!



Manquant d’énergie et de motivation pour beaucoup de choses, ce blog en souffre aussi. Et ça signifie entre autres que je suis très en retard sur certains mèmes intéressants ou amusants. Mais je ne pouvais pas passer celui-ci sous silence. C’est une excellente variation sur la fameuse campagne publicitaire de Budweiser, avec les amis qui s’interpellent à coups de « whassup ». C’était entre 1999 et 2002.

À l’époque, c’était le truc à la mode et cet humour répétitif me faisait beaucoup rire. Tout le monde utilisait ce gimmick, souvent écrit « waaazaaa » (ou un truc du genre, pour transcrire la prononciation des acteurs) et il faisait l’objet de parodies, de variations, voire même de chansons.

Cette année, les copains de l’époque se sont réunis pour une nouvelle et géniale version, montrant clairement les résultats catastrophiques du gouvernement Bush et prenant nettement partie en faveur de Barack Obama. La force de cette nouvelle version est de présenter les mêmes acteurs et d’être du même réalisateur que l’originale.

Elle est excellente ainsi, mais si vous êtes assez vieux pour vous souvenir du « bon vieux temps » de la campagne originale, vous allez vraiment mourir de rire !

Et qu’on ne vienne pas me dire que je ne suis pas sympa, je me suis même emmerdé à trouver une version sous-titrée, pour les non anglophones !

It appears, Magistrate, that the intelligence of the specimen is shockingly limited.

Some things are an important part of the XXth Century popular culture. Like Star Trek.

Talosian - Talosien


This Joy of Tech cartoon is a funny take on The Cage, the original series pilot, with a nice Talosian touch in our day to day life.

© JoT 2008 - How is it any different?


Certaines choses sont importantes dans la culture populaire du XXè siècle. Comme Star Trek.

Talosian - Talosien


Ce dessin de Joy of Tech est une amusante variation sur The Cage, le pilote de la série originale, avec l’intéressante intervention d’un Talosien dans notre monde actuel.

Warning:

Well, I forgot to post this one the day I took it, so here it is, almost a month late. But still worth a look.

That day, I suddenly lost all my FireWire peripherals. Just like that. One second they were there and the next second, they were gone. After a few on/off and unplug/plug processes, I checked the System Profiler and discovered this time, the iMac G5 lost his FireWire interface. He already lost Bluetooth, some USB (not all), AirPort, microphone and/or camera… but FireWire, it’s a first.

It required a restart and a zapped PRAM to solve this.

System Profiler - FireWire Bus : Warning : Unable to list FireWire devices.


J’ai oublié de publier ceci le jour où je l’ai sauvé, donc le voici avec presque un mois de retard. Mais ça reste intéressant.

Ce jour-là, j’ai soudainement perdu tous mes périphériques FireWire. Comme ça. Une seconde ils étaient là, la seconde d’après, ils avaient disparu. Après quelques extinctions/allumages et débranchement/branchement, j’ai vérifié les Informations Système, pour découvrir que l’iMac G5 avait perdu son interface FireWire. Il avait déjà perdu le Bluetooth, certains ports USB (pas tous), AirPort, le micro et/ou la caméra, mais le FireWire, c’est la première fois.

Il a fallu un redémarrage avec zapping de la PRAM pour résoudre ce souci.

ORTF

Une fois n’est pas coutume. Ni même une fois de temps en temps, d’ailleurs… Donc je me permets de citer, in extenso, un article de Télérama, qui apporte un élément de plus dans le déjà lourd dossier qui montre que notre gouvernement actuel en général et son chef en particulier sont les chantres du népotisme et lorgnent vers un clientélisme à potentiel hautement dictatorial, à terme. Mais surtout hautement rentable, pour eux et leurs amis, uniquement.

Ne parlons même pas des arrestations honteuses de journalistes dans des affaires privées, des patrons de presse qui maquillent les photos pour améliorer l’image du gouvernement ou du copinage qui fait que le chargé des services de sécurité de l’État peut « sauter » d’un coup de fil, parce que la résidence secondaire d’un copain a vu son jardin visité par des manifestants…

Et j’en passe et des meilleures.

Là, je vais juste parler des gros cadeaux faits aux copains, juste comme ça, juste parce que l’ascenseur, pour sarkozy, n’est jamais social, mais à renvoyer entre riches et puissants. Alors vous allez penser à tapie et à ses milliards adjugés d’un coup de plume, aux frais du contribuable et juste parce qu’il a gentiment demandé. Mais non, là, nous allons évoquer un autre copain, pas plus recommandable : martin bouygues, un « ami de trente ans », comme la formule évoque maintenant de choses, n’est-ce pas ?

On y verra, une fois de plus, que les promesses n’engagent que ceux qui y croient et que le louvoiement n’est plus une technique, mais un art, quand on arrive au stade de perversion et de manipulation atteint par sarkozy.

Ah et puis la photo qui accompagne l’article est superbe. Connivence, élégance, charisme, beauté… qu’ils sont radieux, ces gens, non ? Deux belles têtes de gagnants.




Extraits du “livre blanc” de TF1… qui demandait la fin de la pub sur France Télévisions

Le 11 décembre 2008 à 21h40


C’est un document secret. Ceux qui l’ont consulté n’ont pas pu le rendre public, ni même le conserver. Mais de quoi s’agit-il ? D’un rapport d’une vingtaine de pages remis par TF1 à Nicolas Sarkozy l’automne dernier, l’incitant fortement à… supprimer la publicité sur les chaînes publiques et à offrir quelques cadeaux aux chaînes privées. Quelques semaines plus tard, le Président obtempérait. A l’occasion de la reprise des débats (houleux) à l’Assemblée sur l’audiovisuel public, en voici deux extraits. Troublant…


Nicolas Sarkozy et Martin Bouygues, en 2004. - TF1

Nicolas Sarkozy et Martin Bouygues, en 2004. - TF1

Aujourd’hui, on remet le couvert. Après une interruption de deux jours pour parler gros sous (la loi de finance rectificative), les députés reprennent leur copie audiovisuelle où il l’avait laissée : à l’article 18 du projet de loi. Autant vous prévenir, là on est dans le lourd. L’article 18, c’est celui qui prévoit la suppression de la publicité sur les chaînes publiques. C’est donc le coeur de la réforme voulue par Nicolas Sarkozy. C’est aussi celui qui fait l’objet du plus grand nombre d’amendements (217 pour être précis). On va donc y passer un moment.

En quinze jours de débat parfois survitaminé, les députés de l’opposition ont bataillé ferme pour retarder (avec succès) l’adoption de ce projet de loi et tenter d’alerter l’opinion publique sur ses dangers. Dans leur argumentation, certains ont évoqué ce qu’on appelle le « livre blanc de TF1 », un document qui aurait inspiré à Nicolas Sarkozy l’idée de supprimer la publicité sur les chaînes publiques. A force d’en entendre parler, on avait envie de savoir ce qu’il y avait vraiment dedans. Nous n’étions pas les seuls. Plusieurs membres de la Commission pour la nouvelle télévision publique l’avaient demandé en son temps. Son président, Jean-François Copé, avait d’ailleurs publiquement promis qu’il allait le récupérer. On l’attend toujours.

Le débat autour de l’article 18 redonne une nouvelle actualité à ce « livre blanc ». Avec cette question : les dirigeants de TF1 sont-ils oui ou non à l’origine de la suppression de la publicité sur les chaînes publiques ? Ils la demandent avec constance depuis longtemps. Ils ont même tenté – sans succès – de l’obtenir à Bruxelles. Nicolas Sarkozy leur a-t-il enfin donné raison pour faire plaisir à son ami de trente ans, Martin Bouygues, le propriétaire de TF1 ? Une chose est sûre : le président de la République n’était pas favorable à la suppression de la publicité sur les chaînes publiques quand il n’était qu’un simple candidat à l’Elysée. Au contraire. Dans une interview à L’Express daté du 15 février 2007, il déclarait : « On ne peut pas être exigeant à l’égard de l’audiovisuel public et le laisser dans un état chronique de sous-financement. Je préfère qu’il y ait un peu plus de publicité sur les chaînes publiques plutôt que ces chaînes n’aient pas assez de moyens pour financer beaucoup de programmes de qualité. » Pourquoi a-t-il changé d’idée moins d’un an plus tard et annoncé, le 8 janvier 2008, sa décision de supprimer la publicité sur les chaînes publiques ? Faut-il y voir un lien avec le « livre blanc » rédigé par TF1 à l’automne 2007, soit quelques semaines à peine avant cette annonce ? Difficile de ne pas le croire, car dans ce fameux document d’une vingtaine de pages que nous avons pu consulter, on peut notamment lire ceci :

« Le financement du service public de l’audiovisuel devrait être clarifié. France Télévisions regroupe de nombreuses chaînes, dont trois réseaux nationaux hertziens analogiques et capte ses ressources à la fois par un financement public et par des recettes publicitaires. Ce groupe finance ses besoins à hauteur de deux tiers par des fonds publics (le Contrat d’objectifs et de moyens de France Télévisions prévoit d’ailleurs une augmentation de 3 % en moyenne par an de la ressource publique affectée à France Télévisions, et de plus de 3,5 % en 2008) et un tiers par des recettes publicitaires. Cette “ponction”, très significative sur le marché publicitaire, est pourtant minoritaire pour les besoins de financement du groupe public.

Le financement public dont bénéficie France Télévisions lui permet ainsi de mener une véritable politique de dumping entraînant une pression artificielle à la baisse du coût des écrans publicitaires et tirant l’ensemble du marché publicitaire vers le bas. Ce mode de financement mixte se révèle donc dangereux pour l’ensemble des acteurs commerciaux de la télévision. Afin de remédier au sous-financement structurel de la télévision, il conviendrait de prendre exemple sur le modèle britannique : celui d’
un service public de l’audiovisuel fort, dont les missions sont clairement identifiées et qui est financé exclusivement par des fonds publics. Cette approche aurait le mérite d’assainir le marché publicitaire français soumis enfin aux seules lois de l’offre et de la demande. Toute augmentation de la redevance pourrait être perçue comme légitime par les Français si elle leur permet de bénéficier d’un réel service public émancipé des seules contraintes d’audience. »

Pure coïncidence ? Encore une fois, difficile à avaler. Dans cette note, TF1 demande également une dérégulation importante du marché publicitaire de la télévision en s’appuyant sur la directive européenne Services de médias audiovisuels. Cette revendication est rédigée en ces termes :

« Pour accroître l’investissement publicitaire en télévision, les pouvoirs publics doivent impérativement desserrer une réglementation malthusienne de la ressource. La publicité télévisée est, en effet, un véritable levier de relance de la consommation et, par conséquent, de la croissance économique ; elle stimule la demande, encourage la concurrence et développe l’innovation. Il apparaît, dès lors, paradoxal que, dans le même temps, les pouvoirs publics se montrent soucieux de relancer la croissance de notre pays sans chercher, par ailleurs, à libéraliser ce vecteur. Dès lors et afin de relancer d’une part la croissance et, d’autre part, le développement de son marché audiovisuel, la France, dont la réglementation se situe largement au-delà des règles minimales fixées par la Commission européenne, devrait s’aligner sur les règles régissant les marchés de nos voisins européens en adoptant les dispositions de cette directive.

Il s’avère donc nécessaire d’envisager :
-
Le déplafonnement quotidien des 144 minutes afin de s’aligner sur le plafond européen de 12 minutes en moyenne par heure.
-
Le passage de l’heure glissante à l’heure d’horloge : l’heure glissante est en effet une spécificité française en Europe qui complexifie la gestion de l’antenne.
-
L’autorisation d’une seconde coupure publicitaire dans les œuvres, permettant notamment d’optimiser l’investissement dans les œuvres de 90 minutes, qui demeurent un genre apprécié du public mais extrêmement lourd à financer.
- Une libéralisation totale de l’accès du secteur de la distribution à la publicité.
-
Un allègement des règles de parrainage. (...) »

Et qu’a décidé le gouvernement à partir de 2009 :
- le déplafonnement de la publicité sur les chaînes privées en la portant de six à neuf minutes en moyenne par heure,
- le passage de l’heure glissante à l’heure d’horloge,
- l’autorisation d’une seconde coupure publicitaire dans les films et téléfilms.
Il n’a pas libéralisé totalement l’accès du secteur de la distribution à la publicité, qui aurait déstabilisé encore plus la presse quotidienne, déjà durement touchée par la crise, mais le projet de loi prévoit une petite cerise sur le gâteau : l’autorisation du placement de produits dans les programmes. Soit une nouvelle source potentielle de recettes publicitaires pour les chaînes.

C’était notre rubrique « Fromages et desserts ».

Olivier Milot

Penser à…

Ruby on Rails is (one of) the latest craze and it’s the pretext for some neat, quick, hacks, like the clever Remindr

Remindr


Ruby on Rails est la (une des) dernière(s) nouveautés technologiques et le prétexte à quelques bidouilles rapides et cool, comme le malin Remindr

Koobface, marry me!

Well, this is good news, in these days of darkness and despair. At last, a computer worm is aimed at disrupting (we can only hope one of its offspring will be able to actually destroy) one of the piece of shit that pollutes internet nowadays : facebook. If Koobface could only do the same physical damages to the users of this thing at the same time, it would make my day.

Facebook-koobface-worm


Eh bien, en ces temps de ténèbres et de désespoir, enfin une bonne nouvelle. Enfin, un « ver informatique » s’attaque à perturber (à défaut de détruire totalement, ce qu’on peut continuer à espérer, de la part d’un descendant) une des merdes qui polluent internet de nos jours : facebook. Si Koobface pouvait causer les mêmes dégâts physiques aux utilisateurs de ce truc par la même occasion, cela éclairerait ma journée.

Moi, j’aime beaucoup le commentaire suivant, qui résume bien ma première réaction à la lecture de cette nouvelle (promis, ce n’est pas moi qui l’ai posté, mais j’approuve totalement) :

Normal
Si vous êtes assez cons pour avoir fait un compte sur ce site de merde, c'est votre problème.
Posté par : Moi, 6 décembre 2008

?

IMG_0101

Wish List…

Well, yes, I lack a lot of budget, time and motivation, in that order, to start playing WoW again. But it doesn’t mean I don’t miss this a lot… So, when I saw a few of the goodies related to this world, I felt like adding them to my ever expanding (yes, it never shortens, only expands) wish list…

Beautiful t-shirts and hoodies stating the very truth about relationships and earthly (but magical) possessions…

Relationships come and go, epics are soulbound.


But, also, seen in the Virgin store, a few blocks from here, a few more wonders…

The quest giver hat is simply genius :

Quest Giver Hat


The murloc plush (it « talks » !) would be a welcome addition to the whole family, by the whole family :

Talking Murloc Plush Toy


The « Home is where the Hearthstone is… » t-shirt :

Home is where the Hearthstone is…


Sorry for the very bad quality of the pictures, but have you any idea how mad people are, when the last weeks of the year approach and their consumerist fever strike?

Yes, I need all that, just to lighten a bit the burden of living every day. I’m not kidding. Well, these futile material possessions might not lighten the burden, sure, and that is the « kidding » part ; but the reality of this burden is not a joke and that is not kidding.

And, not WoW related, I know, but simply, purely, fantastically, cultly indispensable, the Pirate Bay merchandise :

The Pirate Bay





Certes, je manque énormément de budget, de temps et de motivation, dans cet ordre, pour recommencer à jouer à WoW. Mais ça ne veut pas dire que ça ne me manque pas énormément… Donc, quand j’ai vu ces quelques gadgets liés à ce monde, j’ai ressenti le besoin de les ajouter à ma toujours croissante « wish list » (oui, elle augmente sans cesse, sans jamais diminuer).

De superbes t-shirts et sweats à capuche qui clament la grande vérité sur les relations humaines et les possessions matérielles (mais magiques )…

Relationships come and go, epics are soulbound.


Mais aussi, vues au Virgin proche d’ici, quelques merveilles supplémentaires…

La casquette « donneur de quête » est purement géniale :

Quest Giver Hat


La peluche Murloc (qui « parle » !) serait bienvenue dans la famille, de la part de toute la famille :

Talking Murloc Plush Toy


Le t-shirt « Pierre de foyer, douce Pierre de foyer… » :

Home is where the Hearthstone is…


Désolé de la mauvaise qualité des images, mais avez-vous la moindre idée de la folie des gens, quand les dernières semaines de l’année approchent et que la fièvre consumériste frappe ?

Oui, j’ai besoin de tout ça, pour soulager un peu le fardeau de la vie quotidienne. Je ne plaisante pas. En fait, ces futiles possessions matérielles n’allégeront peut-être pas le budget, certes, c’est la partie plaisanterie ; mais la réalité de ce fardeau n’est pas une blague et là je ne plaisante pas.

Et, pas lié à WoW, je sais, mais tout simplement, purement, fantastiquement, cultissimement indispensable, les objets The Pirate Bay :

The Pirate Bay




Anachronisme…

Funny to see a MacBook Pro (yes, I’ve checked) with an old one button, no scroll ball, Apple mouse.

Anyway, this was simply fantastic… Angelin Preljočaj is a genius I’ve been privileged enough to meet, even if it was too short.

 MacBook Pro


Amusant de voir un MacBook Pro (oui, j’ai vérifié) avec une vieille souris Apple à un bouton et sans bille de défilement.

Peu importe, c’était tout simplement fantastique… Angelin Preljočaj est un génie que j’ai eu le privilège de rencontrer, même si ce fut bien trop brièvement.

$890 000 d'ergonomie…

Nohat-logo-nowords-bgwhite-200px
Un don de 890 000 dollars pour rendre Wikipedia plus conviviale

Basé sur un article publié le 3 décembre 2008 sur ZDNet.fr

Coup de pouce financier pour l'éditeur de Wikipedia, toujours en quête de dons et actuellement en pleine campagne de levée de fonds : la Wikimedia Foundation vient de recevoir un chèque de 890 000 dollars US de mécènes privés de la Stanton Foundation. Avec une demande spécifique des bienfaiteurs : rendre l'encyclopédie plus simple à utiliser, notamment pour l'ajout d'informations dans les fiches.

La Wikimedia Foundation a d'ores et déjà annoncé l'embauche prochaine de trois nouveaux développeurs pour ses bureaux de San Francisco. L'équipe « fera une étude pour connaître les difficultés que rencontrent les internautes souhaitant créer, pour la première fois, une fiche. Ils s'attacheront alors à les supprimer au moins en partie ».

« Wikipedia attire des rédacteurs ayant un niveau moyen à élevé de compétences techniques. Mais pas la foule de personnes intelligentes et cultivées que les technologies font fuir », explique la directrice de la Wikimedia Foundation,
Sue Gardner, qui se réjouit des améliorations à venir.

J’abonde totalement dans son sens. La correction ou l’ajout d’informations à une fiche existante et pire encore la création d’une nouvelle fiche nécessitent la manipulation d’une syntaxe et de règles extrêmement complexe (du moins pour faire un travail à la hauteur de ce qui est exigible) et sont proprement décourageant. Ça n’est pas aussi horrible que LaTeX, mais c’est largement assez pour m’avoir dégoûté de participer.

Il est évident que seuls les plus férus, voire fêlés vont s’y atteler et que cela restreint terriblement le public des rédacteurs et correcteurs, le limitant à celles et ceux qui voudront ou pourront passer la barrière de la technique. Et les plus cultivés ne sont pas les informaticiens, ni ceux qui sont prêts à passer plus de temps à mettre des balises autour de chaque mot qu’à construire un article documenté et pertinent. Il n’y a qu’à voir le niveau littéraire de la majorité de la production des sites (et même parfois de la presse écrite). Le niveau de langage, la syntaxe, la grammaire, l’orthographe, le vocabulaire, sont indigents. Et c’est infiniment pire quand on touche aux domaines plus techniques.

Les textes produits aujourd’hui le sont par tant de gens qui n’ont cure de la justesse de leur discours sur la forme autant que le fond. Et les plus aptes techniquement à produire en utilisant les outils des NTIC sont généralement les plus incultes et analphabètes. Et malheureusement, les personnes les plus cultivées sont aussi les plus difficiles à convaincre de l’intérêt d’utiliser ces nouveaux outils.

C’est encore plus vrai dans les domaines plus artistiques ou littéraires. Moi le premier, même si je veux bien faire l’effort d’ajouter une ou deux balises à la main quand je ne peux pas faire autrement, je n’utilise pas un Mac depuis si longtemps pour m’emmerder à « bouffer » la syntaxe ignoble de Wikipedia pour créer un simple article, voire juste une ébauche à laquelle j’espère que de nombreux contributeurs viendront apporter leurs connaissances et références. Alors je me contente de corriger les choses les plus grossières, quand ça ne nécessite pas de toucher à la structure du code sous-jacent, parce que c’est tout simplement rébarbatif au-delà de toute description.

Ce n’est pas, en l’occurrence, la technologie per se qui me fait fuir, mais un usage totalement archaïque de la technologie et une ergonomie proche de zéro. Un système avec les mêmes fonctions, mais simple d’usage (ou, au moins, beaucoup plus simple qu’actuellement) est parfaitement envisageable. Et on peut très bien imaginer que les plus « branchés » technologie pourraient contribuer en travaillant la forme des articles, tandis que les contributeurs cultivés mais moins enclins à « mettre les mains dans le cambouis » se contenteraient de fournir la matière, le fond des articles.

Alors si le système pouvait évoluer pour permettre à tout un chacun de contribuer sur le fond, à la mesure de ses connaissances sur le sujet. Et de pouvoir utiliser des modèles tout prêts pour respecter les règles de Wikipedia, sans devoir entrer dans les arcanes du code, ça serait un progrès fantastique et rendrait Wikipedia bien plus attractif pour toute la population qui a tant à lui apporter, en connaissances, expérience et références.

Bien sûr, faciliter l’accès à la création et à la modification enlève une barrière qui pouvait décourager les crétins et les vandales à la petite semaine. Mais il y a de toute façon bien assez d’énergumènes du genre chez les « tech-savvy » et le principe d’auto-régulation de Wikipedia contrôle déjà fort bien les dérapages, je ne vois pas pourquoi cela poserait un problème insurmontable. D’autant qu’en ouvrant l’accès plus grand, on l’ouvre aussi à des participants passionnés et passionnants, qui pourront aussi contribuer à cette forme de contrôle communautaire qui réussit plutôt bien à Wikipedia pour le moment.

Et quant aux risques de « vandalisme », ils ne seront pas plus grands qu’aujourd’hui, car détruire ou falsifier un article ne demande de toute façon pas de grandes connaissance techniques dans l’état actuel des choses et est fort bien évité par les procédures en place.

Bref, je ne vois que du bon dans ce projet. En dehors du fait qu’ils ne m’ont pas embauché pour l’encadrer…