http://www.one.org

Sans foi ou indigne de foi ?

Portrait robot de la femme infidèle

Révélation : 83 % des femmes ont été, sont ou seront infidèles… Explications : à la question "Avez-vous déjà été infidèle ?" 51 % répondent… Oui.

Lorsque l'on demande aux 49 % qui n'ont pas déjà été infidèles : "Cela pourrait-il vous arriver ?", 16 % répondent "oui, pourquoi pas" et 49 % qu'elles ne savent pas. L'enquête révèle donc 17 % d'irréductibles fidèles…

Infidèles, pourquoi ?
D'abord, et pour un quart des infidèles, parce qu'elles ne sont pas heureuses. Ensuite pour tester leur féminité/séduction et enfin – mais oui, c'est évident, parce qu'elles ont eu le coup de foudre !

Il est intéressant de noter que lorsque les fidèles ou pas encore infidèles répondent à cette question, c'est le coup de foudre qui est invoqué en raison N° 1, le manque de plaisir dans la vie en 2 et l'ennui en 3…

Infidèles, avec qui ?
D'abord et pour 29 %, avec quelqu'un dont elles sont tombées amoureuses ("un ex", "mon premier amour"…), puis 20 % d'une rencontre sans lendemain et enfin, 13 % avec un collègue ou un ami.

Notons au passage, que 62 % de ces infidèles ont trompé leur conjoint (31 % leur mari et 31 % leur compagnon). 30 autres % ont trompé un ex…

L'enquête révèle par ailleurs 21 % d'infidèles actives, c'est-à-dire qui avouent une liaison au moment de l'enquête.

Infidèles, souvent ?
Juste quelques fois : 45 %, juste une fois : 34 % et 15 % de "On ne les compte plus" !

Infidélité, le bilan…

Si 17 % des infidèles avouent que leur liaison a entraîné des complications, 29 % affirment en avoir retiré quelque chose de positif (15 % se sont senties plus séduisantes et 14 % ont ressenti du bonheur !). Notons que 10 % n'ont rien retiré de cette expérience…

70 % n'ont pas avoué leur infidélité. Les autres l'ont avoué à leur conjoint (30 %), 11 % à un(e) ami(e) et 5 % à leur famille.
Quant à juger de l'utilité d'un aveu au conjoint… Retenons que pardonnées (20 %) ou pas (8 %), la moitié a fini par se séparer.

Quant à celles qui n'ont pas avoué, c'est essentiellement pour préserver leur couple ou leur petite famille : "Pourquoi le faire souffrir inutilement", "par peur de tout gâcher", ou encore parce que "c'est mon jardin secret…"

Et après ? Si les infidèles n'ont pas donné suite à l'aventure, eh bien, c'est par remord (40 %), par manque d'occasion (28 %) et là encore, pour préserver enfants et conjoint (22 %).

Les femmes et l'infidélité

Détail et pas des moindres, en ce qui concerne la définition de l'infidélité : 30 % des femmes qui ont répondu à l'enquête FemmesPlus pensent que "penser à quelqu'un d'autre", c'est déjà tromper, 30 % qu'embrasser suffit et 32 % sont catégoriques : tromper, c'est coucher.
Quoi qu'il en soit, l'infidélité arrive d'abord par accident : "un manque quelque part", "une faiblesse que peut ressentir n'importe qui", "un égarement ou une porte de sortie", 40 % des femmes le pensent. Que c'est naturel : "une composante du comportement humain".

La grande majorité des femmes, et quel que soit leur âge, de 25 à plus de 60 ans, pensent que "cela peut arriver à tout moment de la vie". 40 % pensent que cela peut arriver de façon accidentelle, voire même que c'est tout à fait "naturel" (5 %) et 40 autres % jugent que l'infidélité est inadmissible. (Doit-on décoder fatale mais inadmissible ?)

Enfin, l'infidélité fait-elle partie du quotidien ? Bien oui. 91 % des FemmesPlus ont un infidèle dans leur entourage, et il s'agit pour la moitié d'une copine, pour 39 % d'un copain, pour 40 % d'un membre de leur famille (de leur père ou mère pour 18, 5 %) et pour 17 % de leur conjoint (!).
Ceci étant, globalement ni bégueules, ni rancunières, 69 % ne portent pas de jugement : "chacun est libre de son histoire"…

La femme fidèle

Parlons-en, elles sont peu nombreuses certes, mais il en existe encore. On l'a vu 17 % des femmes jurent fidélité devant l'éternité. Mais diable, pourquoi donc ? Parce qu'elles sont trop heureuses dans leur couple (21 %) : "j'aime trop mon compagnon, par conviction” pour la moitié (53 %) : "ce n'est pas mon genre" et euh… Bien, 15 % parce qu'elles n'y ont pas pensé ou que l'occasion ne s'est pas présentée…

Les chiffres :
8 219 personnes ont répondu à l'enquête en ligne FemmesPlus "Fidèle ou pas ?"

674 hommes et 7 545 femmes
31 % sont célibataires
6,2 % sont mariés ou pacsés
29 % ont des enfants

35 % des femmes ont moins de 25 ans
28 % ont entre 26 et 35 ans
25 % ont entre 36 et 50 ans
12 % ont plus de 50 ans

Par Isabelle Fringuet, 27 Octobre 2006




Tu parles d’une révélation… Je suis juste étonné qu’il n’y ait que 83 % !

« Par accident », ben voyons. Comme c’est commode. C’est pas ma faute, m’sieur l’agent, c’est un accident. J’ai glissé et ma chatte est tombée sur sa bite, c’est un accident bête.

Hallucinant, de lire des justifications aussi lamentables et pathétiques pour l’infidélité. J’hésite entre ce qui est le plus gerbant et méprisable, entre celles qui n’ont rien dit « pour préserver leur couple ou leur petite famille : "Pourquoi le faire souffrir inutilement", "par peur de tout gâcher", ou encore parce que "c'est mon jardin secret…" » ou bien celles qui estiment « que c'est naturel : "une composante du comportement humain". »

« C’est naturel, une composante du comportement humain. » Ben voyons, voilà une justification toute trouvée aussi pour les assassins, les violeurs, etc.

Et puis mentir aussi, pas par lâcheté et saloperie, oh non, juste par une manifestation d’altruisme qui les honore : « Pourquoi le faire souffrir inutilement » , « par peur de tout gâcher » ou bien juste par respect de la vie privée : « parce que c'est mon jardin secret… ».

Eh bien, par pur altruisme et instinct humain naturel, bien sûr, je propose qu’on les lapide. C’est pas mal, hein, comme idée ? Non ? C’est pas bien ? Ah bon.